ONTBO

Blog

Pile le neurone, face le silicium

L’IA une nouvelle ère pour le cerveau humain

« l’IA fera vaciller l’humanité…l’IA incarnera l’espoir d’un futur tant attendu par l’homme… », tels sont les deux principaux discours ambiants dans lesquels baignent le monde actuel.

Athénaïs Oslati blog

By ATHENAIS OSLATI

Agir plutôt que prédire

En écartant tout avis et toute opinion fermes et définitifs sur la question, nous évitons de tomber dans la facilité qu’offrent ces prévisions. L’évolution appelle à conserver un libre arbitre.

Si le sentiment de peur face à l’IA prédomine, c’est bien parce que nous n’avons pas encore réussi à poser un cadre clair, utile et précis. En proposant des clés de régulation pour l’IA et la robotisation d’un point de vue éthique, économique, social, juridique…, nous ouvrons la marche à suivre. Cela passe par la mise en place de structures directives capables de s’adapter, d’évoluer et d’agir de manière efficace en toutes circonstances.

Avec ces atouts importants et ces défis majeurs à relever, notre société est à la croisée des chemins. L’accompagnement des générations actuelles et la préparation des talents à venir doivent être au centre de ces enjeux. Il est donc primordial d’informer et d’assister dès à présent les professionnels, les acteurs et le grand public dans la définition et la transformation des métiers à venir.

Informer plutôt qu’ignorer

Selon le rapport d’IPsoft, d’ici dix ans, les machines effectueront 80% des tâches chronophages, laissant la place au développement de compétences plus humaines : créativité, innovation, résolution de conflits…Ainsi tout individu peu enclin à s’adapter et à conceptualiser peut se trouver marginalisé.

Conserver son humanité en stimulant son intelligence, permettra à l’Homme d’améliorer ses interactions avec l’intelligence artificielle. C’est cette complémentarité avec l’IA que nous devons exploiter. Pour porter nos projets au plus haut, nous devons mettre à profit tout ce qui nous différencie de cette technologie (humanité, esprit critique, transversalité…).

Toutefois, il existe aujourd’hui une désynchronisation de plus en plus pesante entre l’accélération du développement numérique et le retard des mesures prises. Pour réduire cet écart et harmoniser l’ensemble, outre une communication appropriée sur le sujet, il est impératif d’impulser un dynamisme. Et ce en dépit des difficultés actuelles à prévoir la place de l’IA au sein de l’humanité.

La neurotechnologie au service de la performance

Nous disposons de nombreuses propositions et peu d’incitations réelles au changement. Utiliser la technologie comme un moyen d’évolution est incontournable pour l’homme.

Le résultat de la convergence entre les neurosciences et l’informatique sera à l’origine des modifications de schémas et de modèles mentaux. La recherche de la performance nous conditionne déjà dans notre quotidien. Mais ici, nous parlons d’une performance spécifique, propre à chacun. Faire appel à cette technologie nécessite de l’alimenter en quantité avec des données indépendamment même du caractère personnel.La donnée possède une valeur. Ne pas la considérer avec sagacité deviendrait dangereux.

L’apparition des neuro-technologies dans un contexte d’optimisation des performances nous amène à repenser le monde. Et c’est sous l’égide de l’éthique que la question de l’identité humaine et du rapport à son environnement sera à redéfinir. Toute décision dont les conséquences seront applicables à la société devront faire l’objet d’un débat public. D’où la nécessité de former dès à présent la population pour mieux cerner les enjeux que soulèvent ces technologies.

Savoir anticiper, c’est déjà s’adapter.